Le titulaire du CAP Électricien(ne) intervient dans les domaines du bâtiment, de l’industrie, de l’agriculture, des services et des infrastructures.

Il installe, met en service, entretient et répare des ouvrages électriques et des réseaux de communication. Il intervient, sous la responsabilité d’un chargé de travaux, sur les installations de logements individuels ou collectifs, de bâtiments industriels, d’immeubles de bureaux, de réseaux de distribution d’énergie, etc.

Retrouvez les établissements qui proposent cette formation sur notre application de parcours de formation Zephyr

Objectifs de la formation CAP Électricien(ne)

A l’issue de la formation, le stagiaire sera capable de : Préparer et réaliser une installation- Mettre en service une installation- Effectuer des opérations de maintenance- Intervenir en tenant compte de la sécurité des biens, des personnes et de l’environnement- Communiquer sur et lors d’une opération. Les compétences professionnelles développées permettent l’exécution, en toute sécurité, des tâches de niveau « ouvrier professionnel » sur un ouvrage électrique, sous la responsabilité d’un chargé de travaux, dans le respect de la sécurité des biens, des personnes et de l’environnement. 

Programme du CAP Électricien(ne)

Les poursuites d’études

Le CAP Électricien(ne) débouche sur la vie active mais il est possible, sous certaines conditions, de poursuivre des études en 1 an avec une mention complémentaire (MC) ou en 2 ans en bac professionnel ou en brevet professionnel (BP).

Exemples de formations possibles

Contexte

C’est dans un contexte de développement durable, de construction avec des matériaux locaux et adaptés aux problématiques locales que l’association ABPS propose une formation « batir en pierres sèches » avec les artisans batisseurs. Cette formation découverte s’inscrit dans un cycle de formation sur les matériaux bio et géo sourcés.

Objectif et compétences de la formation « batir en pierres sèches »

Faire acquérir aux stagiaires les connaissances concernant la construction et la restauration de murs de soutènement et/ou double parement en pierres sèches. Former les stagiaires sur les qualités environnementales, patrimoniales et écologiques apportées par le bâti en pierre sèche.
Connaître le développement actuel de la filière pierre sèche, en particulier en région Occitanie. Appréhender les différentes techniques pierre sèche. Intégrer des outils de référence pour les prescripteurs. Et enfin construire un muret en pierre sèche.


À savoir

A l’issu de la formation, les participants sont capables de prescrire des éléments en pierre sèche.
Prérequis : Etre apte à travailler sur chantier
Intervenant : Didier Rieux, membre ABPS, formateur référent
Durée 2 jours : (14h) 9h-12h30, 14h-17h30 Date et lieu : 16 et 17 septembre 2021, L’Espinas 48160 Ventalon en Cévennes
04 66 32 58 47 / 06 32 08 84 67 www.pierreseche.fr
Tarifs pour les deux jours de formation : 500 € pour les adhérents, 550 € pour les non adhérents, 100 € pour les étudiants, demandeurs d’emploi
Non soumis à TVA Effectif 8 -10 personnes 12 au maximum


Moyens pédagogiques : Présentation de la filière pierre sèche et le rôle de l’association ABPS
Exposé théorique des outils de référence et du dimensionnement d’un mur de soutènement en pierres sèches (diaporama).
Diagnostic et analyse théoriques des ouvrages en pierre sèche : approche pédagogique des restaurations et créations possibles (Diaporama)
Visites des sites à proximité, chantiers patrimoniaux et contemporains.
Exercices pratiques en situation de chantier (calcul du fruit et des dimensions du mur, entraînement à la taille de pierre, …).


Moyens d’évaluation : Evaluation continue en situation pratique. Bilan de groupe en fin de stage. Questionnaire individuel à remplir par le stagiaire en fin de stage.


Documents pédagogiques : Documents de présentation ABPS. Technique de construction des murs en pierre sèche : Règles professionnelles (disponible à la vente). Cahier pratique du Parc national des Cévennes « La restauration des murs de soutènement de terrasses » (réalisé en partenariat avec les ABPS ; disponible à la vente). Mise à disposition des divers documents techniques et pratiques du centre de ressources ABPS.

Les équipements individuels à prévoir : Chaussures de sécurité (obligatoires à l’atelier) et si possible gants et lunettes de protection. Vêtements de travail adaptés au chantier et aux conditions météorologiques (pluie, soleil …).
Les équipements disponibles sur place : Outillage individuel : marteau têtu, marteline, massette, chasse, burins plats et pointus.
Outillage et équipements collectifs : brouettes, pelles, pioches, seaux, masses, barre à mine, râteau. Chevrons, planches, pointes, cordeaux.
Lunettes et gants de sécurité. Trousse de sécurité.

Programme détaillé de la formation « batir en pierres sèches »

Jour 1 – La pierre sèche, apports théoriques et visites de sites
MATIN
Accueil : présentation de chacun et du formateur
Présentation de la filière pierre sèche, du rôle de l’association ABPS, les outils techniques disponibles aujourd’hui pour les prescripteurs (règles professionnelles, expertise, assurance, système de qualification professionnelle et réseau…)
Présentation théorique de la construction et dimensionnement des murs en pierres sèches (diaporama).
 Commentaires techniques sur :

La partie visible (les parements et les couronnements).

L’organisation interne des ouvrages (pertinence des systèmes drainants en pierre sèche, techniques de pose de pierres, raisons et choix des couronnements différents, entretien des ouvrages et risques…).

Les qualités techniques, environnementales, écologiques et paysagères de la pierre sèche, les ouvrages le plus souvent rencontrés, les techniques de construction, les chantiers exceptionnels, des créations contemporaines…

Le calcul du fruit du mur et de son épaisseur (dimensionnement en fonction de la hauteur de l’ouvrage, de la nature du sol, de l’usage du terrain soutenu, …).


 Visite de l’Ecole professionnelle de la pierre sèche, ouvrages et murs, de la plateforme de recherche nationale.
Repas du midi au Relais de l’Espinas


APRES-MIDI
 Visite des chantiers patrimoniaux et contemporains avec les artisans bâtisseurs :
Cortès : hameau privé en cours de rénovation où la dimension contemporaine de la pierre sèche est mise en avant. Figerolles : hameau où un des membres fondateurs de ABPS a exploré l’usage artistique de la pierre sèche.
Bonijols : site associatif autour d’un moulin à eau faisant partie du patrimoine vernaculaire. La pierre sèche est mise en avant notamment dans les bâtis relatifs à la circulation de l’eau.
 Atelier de taille :

Connaissance des outils de taille.

Techniques de taille de pierre : comment retoucher les pierres quand cela est nécessaire.


Jour 2 – Atelier pratique : construction d’un ouvrage en pierre sèche
MATIN ET APRES-MIDI (Repas de midi au Relais de l’Espinas)
 Montage du mur, techniques de construction :

Pose et calage des pierres de parement.

Organisation des pierres tout-venant à l’intérieur du mur.

Pose du couronnement (les différentes techniques).
 Nettoyage du chantier et rangement des outils.
 Bilan individuel et collectif de la formation.

INSCRIPTIONS : https://www.helloasso.com/associations/edanslau/evenements/batir-en-pierres-seches

Prérequis et objectifs :

Niveau 3 ème, seconde professionnelle, première générale ou BEP ou CAP ou 2 ans d’expérience professionnelle. Cette formation est axée sur l’acquisition de connaissances techniques et économiques dans tous les domaines de la construction.

Le titulaire du baccalauréat professionnel Technicien d’études du bâtiment, option Assistant en architecture, exerce ses compétences dans 3 domaines d’intervention principaux, sous le contrôle de sa hiérarchie pour des travaux d’architecture et des études techniques et/ou administratives tels que :

Après avoir fait les relevés et la description d’ouvrages pour le projet d’études, il sera capable donc capable de réaliser les esquisses, les maquettes et les perspectives et d’utiliser les techniques et logiciels graphiques de CAO, DAO et de traitement d’image.

En études techniques et/ou administratives, il sera aussi capable de participer à la construction de dossiers, à la vérification de documents graphiques, à la quantification et à l’estimation partielle d’un projet.

Il peut assister sa hiérarchie dans ce domaine ou la représenter dans le cadre de travaux ne nécessitant pas d’engagements importants de la maîtrise d’œuvre ou de coordination de travaux complexes. Sa mission principale est de traduire graphiquement les projets architecturaux. Dans le cadre de l’exercice de son métier, les fonctions exercées sont liées aux phases de déroulement d’un programme architectural.

Programme Bac pro Technicien(ne) d’études du bâtiment Option B TB2A assistant(e) en architecture

Enseignements professionnels

Techniques et économiques dans tous les domaines de la construction.

Environnement professionnel de la construction : textes réglementaires, entreprises du bâtiment, partenaires, conception du projet, communication…

Étude des constructions : confort et sécurité des personnes (isolation, acoustique, aération…), techniques de construction et mise en œuvre (topographie, structures porteuses, aménagements intérieurs et équipements techniques du bâtiment, finitions…), étude des structures (charges et équilibre, étude mécanique et choix techniques).

Projet architectural : production de documents graphiques, élaboration d’éléments de présentation, analyse d’un programme de construction, économie de la construction (métrés et estimations), architecture-histoire et évolutions (dont urbanisme et environnement durable), obligations et démarches administratives, modes de représentation (croquis, infographie, DAO, maquettes, relevé d’ouvrage…) :

Enseignements généraux

Mathématiques, Sciences physiques et chimiques, économie-gestion, prévention santé environnement, langue vivante, français, histoire, géographie et éducation civique, arts appliqués et cultures artistiques, éducation physique et sportive.

Après la formation Bac pro Technicien(ne) d’études du bâtiment Option B TB2A assistant(e) en architecture

À l’issu de sa formation l’apprenant pourra accéder au métiers de technicien collaborateur en architecture ou en bureau d’études. Ou bien poursuivre ses études en BTS.

Le peintre est responsable de l’application des peintures et des revêtements sur un bâtiment. Il est généralement le dernier ouvrier à exercer sur le chantier, parfois en équipe selon l’ampleur des travaux. La palette d’outils dont le peintre en bâtiment dispose est variée (pinceaux, rouleaux,
brosses, pistolets) afin de répondre aux divers types de tâches à réaliser. Les supports sont multiples (plâtre, brique, béton, ou bois) et il doit être capable de pratiquer sur toutes les surfaces afin d’obtenir le résultat demandé. Il peut aussi être amené à réaliser des cloisons et agencements (plaques ou carreaux de plâtre…). Travaillant souvent depuis un escabeau ou un échafaudage, il a l’habitude d’exercer en
plein air et dans des positions inconfortables.

Retrouvez les établissements qui proposent cette formation sur notre application de parcours de formation Zephyr

Le métier

Dans la grande chaîne des métiers du bâtiment, le peintre en bâtiment apporte la touche finale. Une qualité irréprochable s’obtient d’abord au prix d’un long travail de préparation des murs et des plafonds. Il faut boucher, enduire, poncer, pour obtenir des surfaces parfaitement lisses. Ensuite, l’œil et le savoir-faire du peintre sont déterminants pour créer la magie d’une atmosphère. Il prépare les mélanges de couleurs et harmonise les nuances. Les techniques et les matériaux sont en évolution constante : de la simple application de peinture à la pose de tissus, en passant par le papier peint, les revêtements vinyliques, les moquettes collées, les plaques de liège. Les nouvelles peintures décoratives permettent de jouer avec les matières (paillettes, gouttelettes, etc.), ou encore d’obtenir des effets patinés, froissés ou épongés notamment. Les chantiers changent souvent, les clients aussi : le peintre en bâtiment doit avoir le sens du contact développé. L’avenir dans ce marché consiste à proposer une offre globale au client. Le peintre doit savoir se faire plâtrier, s’intéresser au parquet, à la moquette, au carrelage, aux boiseries ou même à la façade. Quel que soit son niveau de formation, le peintre trouvera toujours des débouchés. Il peut s’installer à son compte comme artisan.


Pour me former je peux faire :
 Un CAP (2 ans) Peintre applicateur de revêtements
 Un bac professionnel (3 ans) Aménagement et finition du bâtiment
Cette formation peut me correspondre si :
J’ai un œil et une sensibilité artistiques, je sais faire preuve d’adaptabilité, j’aime le contact avec les gens.
Cette formation peut ne pas me correspondre si :
J’ai le vertige, j’ai des problèmes physiques (TMS…)
Pour en savoir davantage sur la formation, je peux y faire un mini-stage pour découvrir les ateliers ainsi que les activités réalisées.

Le/la maçon(ne) monte, construit, coule les éléments porteurs d’un bâtiment. Il/elle est capable d’assurer la chaîne de construction, du coffrage en passant par le bétonnage et le ferraillage mais pour tout type de construction (parpaings, briques, pierre) le principal de son travail consiste a lier entre eux les éléments de la construction des murs, du sol, des poutrelles, etc; De monter les murs et les cloisons, couler les dalles, poser les planchers. D’assurer l’étanchéité et la protection des locaux ou des bâtiments par la pose d’isolants ou l’application d’enduits.

Retrouvez les établissements qui proposent ce BTS sur notre application de parcours de formation Zéphyr

Cette formation peut me correspondre si :
J’aime le travail physique, être en extérieur, construire des ouvrages durables
Cette formation peut ne pas me correspondre si :
J’ai le vertige, j’ai des problèmes physiques (TMS…)

Pour en savoir davantage sur la formation, je peux y faire un mini-stage pour découvrir les ateliers ainsi que les activités réalisées.

Objectif de la formation

Préparation à l’obtention du CAP Maçonnerie. Il/elle doit savoir effectuer la construction des fondations, l’élévation des murs, cloisons, façades. La pose des dalles pour des bâtiments ou des habitations n’ont aucun secret pour le maçon. Le/la titulaire de ce diplôme exerce des activités de maçonnerie dans une entreprise de bâtiment, et principalement dans le domaine du gros œuvre.

Description de la formation CAP Maçon(ne)

– Enseignement général : Français, Histoire
– Géographie, Éducation Civique, Mathématiques, Physique
– Chimie, Langue vivante, Enseignement professionnel, Connaissance des matériaux (béton, mortier, enduit…) et matériels (outils à main et mécaniques), Lecture de plans, dessins professionnels, Travaux pratiques, ouvrages de maçonnerie, Technologie, Santé et sécurité au travail.

Validation

Le/la maçon(ne) monte, construit, coule les éléments porteurs d’un bâtiment et est capable d’assurer la chaîne de construction, du coffrage en passant par le bétonnage et le ferraillage mais pour tout type de construction (parpaings, briques, pierre). Le principal de son travail consiste à lier entre eux les éléments de la construction des murs, du sol, des poutrelles, etc. Il/elle monte les murs et les cloisons, coule les dalles, pose les planchers, assure l’étanchéité et la protection des locaux ou des bâtiments par la pose d’isolants ou l’application d’enduits.

Les débouchés

Le CAP Maçon(e) vous permet de travailler au sein d’une petite, moyenne ou grande entreprise de maçonnerie.
Après avoir obtenu votre diplôme, vous pourrez exercer le métier de maçon ou façadier.

Vous pourrez également poursuivre vos études et préparer un BP (brevet professionnel) Maçon, un Bac Pro Technicien du bâtiment, organisation et réalisation du gros œuvre ou un Bac Pro Interventions sur le patrimoine bâti.

Retrouvez les établissements qui proposent cette formation sur notre application de parcours de formation Zephyr

CONTENU DE LA FORMATION Brevet professionnel Électricien(ne)

Le Brevet Professionnel Electricien(ne) regroupe :

-les matières générales (Expression française et ouverture sur le monde, Langue étrangère (facultatif), Mathématiques)

-les matières professionnelles (Etude d’une installation ou d’un équipement, Activité relative à l’exécution d’un chantier en milieu professionnel, Intervention sur un équipement – modification et mise en service d’une installation ou d’un équipement, maintenance d’une installation ou d’un équipement)

Sur 2 ans, 980h de formation, et 86 semaines en entreprise.

Possibilité de développer ses pratiques professionnelles dans le cadre d’une mobilité internationale de 3 semaines en fin d’année.

Domaines d’intervention

Le/la titulaire du brevet professionnel (BP) Électricien(ne), exerce ses compétences, sous contrôle de sa hiérarchie dans les domaines du bâtiment et des infrastructures, pour des travaux neufs, de rénovation et de réhabilitation. Il intervient donc indifféremment sur :

Secteurs d’activités

Considérant les enjeux de la transition énergétique et l’évolution des techniques et des technologies numériques, le/la titulaire du BP Électricien(ne) met en œuvre et intervient sur les installations électriques et sur les réseaux de communication des domaines de la production, du transport, de la distribution, de la transformation et de la maîtrise de l’énergie électrique.

Les activités professionnelles peuvent s’exercer dans les secteurs des :

Les activités du titulaire du brevet professionnel (BP) Électricien sont :

Retrouvez les établissements qui proposent cette formation sur notre application de parcours de formation Zephyr

Une formation technologique industrielle tournée vers l’avenir

Vous… souhaitez inventer la voiture de demain? Pensez que le numérique n’a plus de secrets pour vous? Rêvez de devenir l’ingénieur qui trouvera de nouvelles solutions énergétiques ? Découvrez la filière STI2D pour répondre aux futurs enjeux technologiques!

La série «sciences et technologies de l’industrie et du développement « durable » est une des séries du lycée qui prépare au baccalauréat technologique. C’est une nouvelle formation technologique, industrielle et polyvalente, accessible en classes de première et de terminale. Elle intègre les problématiques du développement durable à travers les enseignements concrets qu’elle propose comme la démarche d’investigation, l’étude de cas, les activités pratiques et la conduite de projet.

LES OBJECTIFS de la formation Bac technologique STI2D AC (Architecture et construction)

Afin de vous permettre de poursuivre vos études, les enseignements de la série STI2D sont organisés autour de quatre grands objectifs : Analyser des solutions techniques, notamment par des démarches expérimentales. Comprendre les démarches de création et d’innovation dans les domaines de l’énergie, des matériaux et structures, et des flux d’informations. Acquérir une culture des solutions techniques et des productions industrielles. Intégrer les enjeux liés à l’environnement et à l’évolution économique.

LES ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES

Les compétences technologiques sont partagées entre polyvalence et approfondissement dans une spécialité. En classe de première, plus de la moitié des enseignements technologiques sont communs à tous, quelle que soit la spécialité que vous choisissez. Ces enseignements transversaux vous garantissent une formation technologique polyvalente. En classe de terminale, les enseignements technologiques propres à chaque spécialité deviennent prédominants. Ils vous permettent de développer vos compétences dans la spécialité que vous avez choisie, notamment au cours d’un projet conduit en petit groupe.  Les quatre spécialités sont : architecture et construction, énergies et environnement, innovation technologique et éco-conception, systèmes d’information et numérique.

Les coefficients à l’examen du baccalauréat : les épreuves du baccalauréat valorisent les enseignements technologiques. Les épreuves de technologie comptent pour 50% des points. Les épreuves scientifiques quant à elles comme les mathématiques et la physique-chimie, comptent pour 20% des points. Enfin les autres disciplines, français, philosophie, histoire-géographie, EPS, langues vivantes comptent pour 30% des points.

ET APRÈS le Bac technologique STI2D AC (Architecture et construction)

L’objectif après un bac STI2D est d’accéder à des études supérieures.
Formations supérieures courtes, préparant à obtenir un diplôme de niveau bac+2, BTS ou DUT.
Licence professionnelle, au niveau bac+3.
Avec de la motivation et un bon dossier, vous pouvez désormais préparer un diplôme d’ingénieur, en école ou à l’université, directement après le bac, ou après un BTS ou un DUT.

LA FÉMINISATION DES MÉTIERS DE L’INDUSTRIE
Les filles sont concernées au même titre que les garçons par la série STI2D. En effet, comme dans les autres secteurs professionnels, les entreprises industrielles cherchent à instaurer une plus grande mixité hommes/femmes dans leurs équipes, en particulier dans les métiers de techniciens supérieurs et d’ingénieurs. Aujourd’hui, il y a plus de garçons que de filles dans les formations technologiques industrielles. Les filles ont donc une place à prendre en STI2D, avec les mêmes perspectives de poursuite d’études et d’emploi que celles offertes aux garçons.

Offre de formation Lycée Léonard de Vinci – Montpellier rentrée 2021

En tenant compte de toute l’actualisation des données, la carte des formations pour le Lycée Léonard de Vinci est la suivante :

En CAP :

En BAC PROFESSIONNEL :

Dans le cadre le cadre de la transformation de la voie professionnelle, la mixité de parcours est proposée au lycée à partir de la deuxième année de la formation (soit en Première Bac pro, soit en 2ème année de CAP) ; les élèves peuvent être inscrits sous statut scolaire ou apprenti.

Les élèves issus de 3ème ne peuvent donc pas faire de vœux en apprentissage dans notre établissement pour la rentrée 2021.

*Pour la langue vivante unique, les élèves ont le choix entre l’Anglais et l’Espagnol, excepté pour les formations CAP MIS et MIT où seul l’Anglais est possible.

En BTS :

En Licence :

LICENCE Génie Civil Parcours BIM

Découverte du métier de Technicien de maintenance de parc éolien on shore

Dans le cadre de la « Quinzaine du Développement Durable » organisée du 31 mai au 15 juin 2021, la Maison de Ma Région de Nîmes, le GRETA – CFA du Gard et le Campus des Métiers et des Qualifications Habitat, Énergies Renouvelables et Éco-construction (HEREC) de Nîmes, vous proposent de découvrir le métier de «Technicien de maintenance de parc éolien on shore» le 15 juin de 9h30 à 11h30.

Programme :

Inscrivez vous en cliquant ici, (inscription obligatoire jusqu’au 9 juin inclus).

Découverte du métier de Technicien de parc photovoltaïque

Dans le cadre de la « Quinzaine du Développement Durable » organisée du 31 mai au 15 juin 2021, la Maison de Ma Région de Nîmes, le GRETA – CFA du Gard et le Campus des Métiers et des Qualifications Habitat, Énergies Renouvelables et Éco-construction (HEREC) de Nîmes ainsi que l’association « Les Survoltés », vous proposent de découvrir le métier de « Technicien de maintenance de parc photovoltaïque » le 10 juin de 9h45 à 11h30.

Programme :

La visite du parc photovoltaïque d’Aubais s’articulera autour de deux thèmes :

Inscrivez vous en cliquant ici, (inscription obligatoire jusqu’au 7 juin inclus).

Infos pratiques :

Pour tout renseignement, vous pouvez contacter la Région au 04 67 22 91 28 ou par mail DEF.UT-30@laregion.fr et le GRETA – CFA du Gard au 06 18 10 51 60

Le/La Technicien(ne) Supérieur(e) d’Études en Génie Climatique exerce son activité en bureau d’études de génie climatique. Selon l’activité de l’entreprise, il est capable de réaliser soit des études de conception d’installations ou des audits énergétiques en lien avec l’architecte et le maître d’ouvrage, soit des études de réalisation conformément à un cahier des charges ou aux préconisations d’un audit. De la VMC à l’air centralisé, des systèmes de production d’eau chaude et de chauffage utilisant les énergies fossiles aux systèmes à énergie renouvelable, le/la technicien(ne) de bureau d’études en génie climatique travaille en effet sur des projets, des études où  il dimensionne, il conçoit, il conseille et évolue en relation directe avec les architectes, les chefs de chantier, les maîtres d’œuvre…

Retrouvez les établissements qui proposent cette formation sur notre application de parcours de formation Zéphyr

Prérequis: Etre titulaire d’un Bac scientifique ou technologique et justifier de 2 ans de pratique professionnelle ou avoir un niveau Bac et justifier de 5 ans de pratique professionnelle dans le domaine ou avoir suivi des études supérieures.

Objectifs

L’objectif est d’être capable de maitriser les principes de fonctionnement des installations de génie climatique de toutes puissances. Il s’agit aussi de réaliser des notes de calculs, de dimensionner et sélectionner les équipements. Et enfin de connaître et appliquer la réglementation, réaliser le chiffrage des installations, et participer à la gestion des projets.

Contenu du Titre professionnel Technicien(ne) Supérieur(e) d’Etudes en Génie Climatique

Les apprenants seront sensibilisés aux principes de développement durable durant cette formation et effectueront un stage en entreprise.

Enseignements professionnels: L’environnement professionnel de la construction confort et sécurité des personnes, techniques de construction, techniques de représentation (dessins d’architecture, relevés d’ouvrage, DAO…), réglementation. Bilan thermique/études de chauffage et de sanitaire d’une partie ou de la totalité d’un bâtiment non climatisé. Bilan thermique/études de ventilation et de climatisation d’une partie ou de la totalité d’un bâtiment. Conduite de projet : choix de solutions techniques, rédaction de dossiers techniques d’exécution. Audits et études visant l’efficacité énergétique;

Enseignements généraux: Informatique appliquée. Communication appliquée aux situations professionnelles. Mathématiques et sciences physiques appliquées.

Et après?

Le Titre professionnel Technicien(ne) Supérieur(e) d’Etudes en Génie Climatique permet d’évoluer vers les métiers de Chef(fe) d’agence, de responsable de bureau d’études ou d’ingénieur(e) conseil.